Profession Reporter - Antonioni

Aller en bas

Profession Reporter - Antonioni

Message  Arty Ziff le Lun 23 Oct 2006 - 14:56



Fiche :
"Profession Reporter" (aka "The Passenger") de Michelangelo Antonioni, avec Jack Nicholson & Maria Schneider, sorti en 1975 en France. 2 heures de folie. Palme d'Or à Cannes la même année.

Synopsis :
Lors d'un voyage solitaire en Afrique, le journaliste anglais David Locke parvient à changer d'identité : il intervertit son passeport avec celui d'une personne qu'il retrouve mort dans la chambre d'hôtel voisine. Hésitant entre la fuite de son propre passé ou la continuité de la vie du défunt qu'il ne connaît qu'à travers un agenda, David ne pourra échapper aux conséquences physiques et psychologiques.


Après "Zabriskie Point", le réalisateur italien Michelangelo Antonioni continue sa carrière internationale avec ce film produit aux Etats-Unis. Tourné dans le désert africain, en Angleterre, en Allemagne mais surtout en Espagne, ce long-métrage fascine par de nombreux aspects.
D'abord, l'histoire est sublime : personnellement, l'impossibilité d'échapper à tout prix à son passé comme thème principal me passionne. La psychologie omniprésente amène le spectateur véritablement dans le corps du personnage. Tous les symboles et grandes interrogations sont présents. L'excellente qualité d'interprétation des acteurs renforce toutes les phrases, intrigues et sentiments.
Mais ce qui frappe par dessus tout ça, c'est une exceptionnelle maîtrise de la mise en scène, de la lumière et de la réalisation. J'ai rarement vu d'images aussi belles. Moi qui ne suis que très rarement intéressé par le voyage, j'y ai vu des décors dont je ne soupçonnait pas la beauté. Bien entendu, les lieux ont un rôle prédominant dans le film et le réalisateur ne les a pas juste choisis pour leur beauté (on en revient aux symboles). Là où on attend le chef d'oeuvre, c'est dans les idées de plans qui transgressent plusieurs lois temporelles et physiques. Oui, vous avez bien lu. Dans un même plan, en se servant des souvenirs du journaliste, Antonioni tourne des plans où les personnages se multiplient, le passé rencontre le présent. Très difficilement explicable à l'écrit, cet effet utilisé (sans numérique, à l'époque !) possède une esthétique et un rythme que je n'avais jamais vu ailleurs.
Enfin, la plus belle trangression physique se situe dans l'avant dernier plan, plan-séquence de plus de 7 minutes (!!), climax du film, où la caméra passe à travers les barreaux d'une pièce pour ensuite prendre de la hauteur et tourner sur le lieu final autour des protagonistes. Passant d'un travelling à une grue sans coupure en s'aidant d'une mise en scène complexe (ça va jusque dans un reflet d'une fenêtre !), c'est tout simplement un des plus beaux plans que j'ai jamais vu de toute ma vie.

Tant que j'y suis pour les "plus", "Profession Reporter", par sa cohérence entre la technique et l'artistique à un niveau rarement attend dans toute l'histoire du cinéma, parvient à me faire oublier des dizaines de film qui traite du même sujet. C'est pour moi un des 10 meilleurs films qu'il m'ait été donné de voir.

Vous l'avez vu ? Qu'en pensez-vous ? Il est ressorti cet été au cinéma, ré-édité en DVD et biensûr trouvable sur le Net...




_________________
Go ahead punk, make my day !
avatar
Arty Ziff
Serpillère
Serpillère

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 37
Skwat : La périphérie de Paname
Date d'inscription : 22/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum